Emballage en plastique biodégradable, la fausse bonne idée, hélas

Plastique biodégradable

Ce n’est pas de gaité de cœur, mais il faut le dire : le plastique biodégradable, pour les emballages, c’est contreproductif.

A l’heure où tout le monde cherche le moyen de limiter la pollution au plastique, le biodégradable fait office de solution… à tort, et pour de multiples raisons.

Biodégradable... sous conditions strictes

On confond souvent "biodégradable" et "compostable". La biodégradation est une conséquence de la mise en compost des matières. Et cette mise en compost doit obéir à des conditions précises, en termes d'humidité, température, notamment. La norme EN 13432 définit les caractéristiques d’un compostage industriel et les objectifs associés (dégradation de 90% au bout de 6 mois).

C'est là que le bât blesse : dans une majorité de cas, les emballages ne rencontrent pas les conditions nécessaires à leur dégradation. Le compostage implique la collecte du plastique et l'existence de filières associées rigoureuses... ce qui n’est pas le point fort en France (l’Italie, l’Allemagne et la Suède notamment, s’en sortent mieux).

Une étude récente menée par université de Plymouth (Angleterre) a prouvé qu'en l'absence des conditions exactes de compostage, le concept de biodégradabilité est vain. Des sacs témoins, étiquetés biodégradables, ont été placés dans la mer, sous terre ou à l’air libre pendant trois ans… et retrouvés quasi intacts, souvent assez solides pour porter des courses [1].

plastic-biodégradable

Le plastique biodégradable… le paradis du greenwashing

Présenter les plastiques comme « biodégradables » est souvent une tentative abusive de les faire paraître plus « verts » qu'ils ne le sont vraiment. Certains acteurs peu scrupuleux savent que la complexité joue en leur faveur et qu’il sera impossible au consommateur de démêler les concepts, logos, normes…

Les logos correspondants à la norme EN 13432 ; les seuls valides

Le plastique biodégradable… l’enfer du recyclage

C’est peut-être le point majeur : le plastique biodégradable n’est PAS recyclable. Au moment où la France lutte pour améliorer la recyclabilité des plastiques, filière après filière, matière après matière, le biodégradable, c’est un bâton dans les roues. Le biodégradable, s’il n’est pas dirigé vers un composteur adapté, finira en décharge, perturbera les chaînes de tri, et sera, au mieux, incinéré.

Le biodégradable, ce n’est pas circulaire !

Imaginons les conditions idéales : un plastique biodégradable, collecté et dirigé vers un composteur industriel. Eh bien, ce n’est pas la solution de fin de vie idéale ! La biodégradation conduit à la formation de CO2 et d’H2O et ne permet pas de récupérer la matière, processus qui préserverait nos ressources.

En conclusion : alors, aucune vertu au plastique biodégradable ?

Deux cas doivent être appréhendés de façon particulière :

  1. Si l'emballage est associé à de la matière organique (sacs de fruits et légumes, capsules et dosettes de cafés, sachets de thé…), c’est différent. Dans ces conditions le compostage permet de traiter de façon unique des éléments qui auraient dû être séparés.
  2. Le cas du « Home compost » est un peu à part ; le traitement est en quelque sorte assuré par le consommateur. Selon l’Ademe, seulement 52 000 tonnes de compost de cuisine sont produites en France annuellement. C’est peu, mais c’est toujours ça, et c’est en progression.

Références et crédits images :
1. Environmental Deterioration of Biodegradable, Oxo-biodegradable, Compostable, and Conventional Plastic Carrier Bags in the Sea, Soil, and Open-Air Over a 3-Year Period,
• NF EN 13432 novembre 2000 Emballage - Exigences relatives aux emballages valorisables par compostage et biodegradation
•  Le compostage, Ademe, 2021.
• Plastiques biosourcés, biodégradables, compostables : quelle contribution à une économie circulaire de l’emballage ? Citeo, bo.citeo.com, septembre 2019.
> illustration : image à la une : licence creative common : ID 165501649 © Agus Wahyudi | Dreamstime.com

Tags : plastique biodégradable ; compostage ; packaging ; Natural development

Avertissement : cet article synthétique est issu de différents documents publiés par Natural development. L'objectif est de fournir simplement les données clés. Se référer aux sources complètes  (voir liens ci-dessous) pour une information plus exhaustive et plus détaillée.

Accédez à toutes les sources, figures et documents de veille de la rubrique via notre serveur dédié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contact us

Fill in the form below or give us a call and we'll contact you. We endeavour to answer all enquiries within 24 hours on business days.