La saga du polystyrène, entre recyclage et interdiction

Les emballages alimentaires en polystyrène (PS), stars des produits laitiers (71% des pots de yaourt), des produits de la pêche, de la viande... sont sous les feux des projecteurs depuis le printemps dernier.

Un amendement voté à l'Assemblée nationale en avril 2021 a mis le feu aux poudres. Lié à la nouvelle loi "Climat et résilience", l'amendement "Tara" (parce que développé avec la fondation éponyme) visait à interdire à partir de 2025 tous les emballages "constitués pour tout ou partie de polymères ou de copolymères styréniques" dans le but d’inciter "les acteurs concernés à favoriser le vrac". Les raisons invoquées paraissent solides : le PS présenterait "un haut niveau de danger pour les milieux naturels dans lesquels ils sont relâchés" et sont par ailleurs des "perturbateurs de tri qui nuisent au bon recyclage des déchets ménagers".

Cet amendement a suscité de vives réactions. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il fait suite à différents engagements pris par de nombreux industriels, et en accord avec le gouvernement, pour développer une filière de recyclage française du PS à partir de 2023 !

Au début du mois de juin 2021, le Sénat est finalement revenu sur cette interdiction, en la limitant aux emballages constitués "pour tout ou partie de polymères ou de copolymères styréniques non recyclables et dans l’incapacité d’intégrer une filière de recyclage".

Ci-après, l'histoire un peu rocambolesque du polystyrène, à travers quelques étapes clés.

Etape 1 - les termes de la loi Agec : suppression des emballages PS pour la consommation nomade ou sur place, source d'une pollution océanique majeure

La loi AGEC et la directive européenne 2019/904 du 5 juin 2019 ciblent plus précisément l’interdiction des contenants ou récipients en polystyrène expansé destinés à la consommation sur place ou nomade ainsi que les bouteilles en polystyrène expansé (PSE) pour boissons. Ces emballages sont connus pour participer massivement à la pollution océanique (voir références).

Le projet de décret, dont l’effet est prévu pour le début du 2ème semestre 2021, pourrait les interdire, mais quelques incertitudes concernant la nature des matériaux inclus dans cette catégorie demeurent à l'heure actuelle ; les décrets à venir doivent préciser ce point.

Etape 2 - Le Pacte national sur les emballages : une démarche engagée des industriels

Par ailleurs une démarche particulière vient d'être initiée, il s'agit du Pacte national sur les emballages plastiques à usage unique qui est une démarche volontaire signée au printemps 2019 par le Gouvernement, treize entreprises (essentiellement du secteur alimentaire) et deux ONG, qui vise à éviter, globalement, que le plastique ne devienne un déchet. Les signataires s’engagent à établir une liste des emballages prioritaires. Ceux qui ne sont ni réutilisables, ni recyclables sont particulièrement ciblés.

Le polystyrène expansé (PSE) est une cible clé : les signataires s'engagent à l'abandonner d’ici à 2025. Plus globalement, le Pacte engage les signataires à utiliser au minimum 30% de plastiques recyclés dans les contenants alimentaires.

Signataires du pacte

Etape 3 - Création du consortium "PS25" pour la promotion d’une filière de recyclage du PS

A l'automne 2020, sous l'impulsion de Citeo, Valorplast et Syndifrais (l'organisation professionnelle des fabricants de produits laitiers), différentes entreprises agroalimentaires, dont Agromousquetaires, Groupe Bigard, Cooperl Arc Atlantique, Eurial UF, Lactalis, Groupe LDC, Triballat Noyal, Yeo Frais ou encore Yoplait se sont regroupées en un consortium, dit "consortium PS25" dont le but est la promotion d'une filière de recyclage du PS.

Les points et étapes clés sont les suivants :

  • les fabricants de produits laitiers frais s’engagent à incorporer dans leurs pots de yaourt du polystyrène recyclé (rPS) issu du tri et de la collecte. Ces emballages seraient aptes au contact alimentaire et proposés dès 2023.
  • L’objectif qui fédère les acteurs est l’obtention d’un taux de 100% de PS recyclable en France en 2025.
  • Un projet de R&D, nommé Recyqualipso et lancé en 2019 par Syndifrais et Valorplast "vise à optimiser les technologies de recyclage par voie mécanique et chimique" pour améliorer le recyclage du PS. Il est au coeur des développements.
  • Les objectifs sont basés sur les avancées technologiques existantes : deux groupes industriels internationaux : INEOS STRYROLUTION (industrie chimique) et TRINSEO (plastiques & caoutchoucs) ont acté la réalisation d’une usine de recyclage du polystyrène, en France, à Wingles, dans le nord de la France. Le principe consiste en la dépolymérisation de déchets d’emballages alimentaires en polystyrène et la récupération associée d’un monomère liquide pur. Cette usine pourrait traiter 50 tonnes par jour de déchets à base de polystyrène.

Planning prévisionnel du projet Ineos (source : Ineos)

Etape 4 : Epilogue. Printemps 2021 : l'amendement de la Loi Climat et Résilience finalement retoqué

Assez logiquement l'amendement de la Loi Climat et résilience proposant d'interdire à partir de 2025 tous les emballages à base de polymères ou copolymères styrèniques a été invalidé en deuxième lecture au Sénat. Seuls les polymères ou copolymères non recyclables seront finalement concernés par l'interdiction.

NOTRE ANALYSE, PERSPECTIVES

C'est vraiment étrange. Des années de travaux pour implanter une filière puissante de recyclage du PS en France : des technologies performantes, des prototypes et des projets d'implantations industrielles (à Wingles, dans le nord de la France)... et en avril 2021 un amendement pour l'interdire globalement ?

Cette saga mouvementée se termine bien, de notre point de vue. L'efficacité est au rendez-vous : le traitement environnemental des déchets est pris en compte et la législation laisse la porte ouverte à l'innovation et aux perspectives industrielles de recyclage.

A suivre.

Références et crédits images :
•  Loi n° 2020-105 du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire (dite loi AGEC), Légifrance.
• Pacte national sur les emballages plastiques du 19 février, Ministère de la Transition écologique et solidaire, 2019.
• Création du consortium "PS25" pour le développement d’une filière de recyclage du polystyrène en France, Citeo, septembre 2020.
• Les fabricants de produits laitiers frais s’engagent à intégrer du "PS" recyclé dans leurs emballages pour créer les conditions favorables à la construction d’une économie circulaire en France, Syndifrais, février 2021.
• Loi Climat : le polystyrène interdit… en première lecture, Avril 2021, Fabian Tubiana, plastiques-caoutchoucs.com
• Les sénateurs restreignent l’interdiction du polystyrène, Arnaud Jadoul, 4 juin 2021, emballagesmagazine.com.
• Ineos sustainability report 2019, Ineos
> illustration : image à la une : boscoshane de Pixabay

Tags : polystyrène ; PS ; PSE ; expansé ; pollution ; plastique ; boite ; barquette ; emballage ; take away ; nourriture à emporter ; Agec ; Loi Climat résilience ; interdiction ; interdit ; recyclage

Avertissement : cet article synthétique est issu de différents documents publiés par Natural development. L'objectif est de fournir simplement les données clé. Se référer aux sources complètes  (voir liens ci-dessous) pour une information plus exhaustive et plus détaillée.

Accédez à toutes les sources, figures et documents de veille de la rubrique via notre serveur dédié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contact us

Fill in the form below or give us a call and we'll contact you. We endeavour to answer all enquiries within 24 hours on business days.